L’Atelier

L’Atelier Ersilie regroupe deux concepteurs-paysagistes, diplômés de l’École Nationale Supérieure de la Nature et du Paysage, reconnue par la Fédération Française du Paysage.La particularité de notre approche est d’ancrer le projet dans les différentes échelles de territoire (la commune ou le grand paysage, le bourg, le quartier, le site).
Nous élaborons notamment des documents de stratégie d’aménagement durable (plans de développement communal, projets globaux de réhabilitation de bourg, contrats d’objectifs…) qui permettent aux élus de définir l’identité de leur bourg ou de leur ville et de hiérarchiser avec cohérence les aménagements dans le temps.Notre vision transversale permet d’aborder une multiplicité de thèmes (centres-bourgs, nouveaux quartiers, parcs et jardins, zones d’activités, grand paysage, espaces naturels et de loisirs, documents d’urbanisme) et de niveaux de prestations (conseil et sensibilisation, analyse, esquisse, avant-projet, projet, suivi de chantier…).

Nous souhaitons répondre aux attentes des maîtres d’ouvrage en matière d’urbanisme et d’aménagement de qualité où le paysage prend tout son sens.
Nous pensons que les espaces extérieurs, lieux d’échanges, de passages, d’attentes, de promenades…, de vie, en somme, doivent être conçus, avec réflexion et ingéniosité en fonction de leurs spécificités.

Le métier de concepteur-paysagiste exige une variété de compétences et de regards :
Un regard analytique : analyse des attentes et des besoins des élus et des habitants, lecture et appréhension de l’espace et des usages, étude des territoires urbains et ruraux.
Un regard technique et esthétique : organisation de l’espace, choix des matériaux et des végétaux, représentation graphique.
Enfin, un regard synthétique, permettant de composer avec les différentes échelles et contraintes, ainsi qu’avec les multiples savoir-faire des équipes de maîtrise d’œuvre, afin de concevoir, communiquer et suivre le projet jusqu’à son aboutissement.
Le concepteur-paysagiste est, selon nous, un élément essentiel pour toute intervention sur l’espace extérieur.

Notre atelier tire son nom d’une ville imaginaire extraite du livre d’Italo CALVINO, Les villes invisibles, dans laquelle les rapports de la vie de la cité sont matérialisés par des fils, blancs, noirs ou gris, en fonction du lien tissé (lien de parenté, d’échange, d’autorité…).